Roosevelt Noel, journaliste, juriste, interview, Haiti, haitien
Roosevelt Noel, un juriste et journaliste haïtien

Aujourd’hui je suis heureuse d’interviewer Noel qui me suit depuis un moment sur mes réseaux Facebook. J’ai eu l’occasion d’observer ses posts et ses réflexions divers très intéressants, ce qui m’a donné envie de lui proposer une interview. Et après avoir reçu ses réponses à mes questions, j’ai été contente d’avoir écouté mon instinct et je vous laisse découvrir pourquoi !

Bonjour Noel ? Peux-tu te présenter en quelques lignes stp ?

Je suis haïtien. Natif de Ouanaminthe, une ville du département du Nord-est d’Haïti.
J’ai grandi au sein d’une famille de 7 enfants. J’ai fait mes études primaires et une partie de mes études secondaires dans ma ville natale.
J’ai quitté cette ville en 2005, pour poursuivre mes études à Port-au-Prince, la Capitale d’Haïti.
Actuellement, je suis juriste et journaliste (animateur de spectacle).

Pour pouvoir poursuivre tes études secondaires, tu es allé vivre à Port-Au-Prince Capitale d’Haïti, peux-tu nous parler de cette étape dans ta vie et de cette ville stp ?

C’était un peu douloureux.
Des raisons, il y en a beaucoup, mais je vais vous en donner deux.
La principale c’était d’abord d’aller vivre loin de l’affection maternelle, bien qu’à l’époque je vivais avec certains de mes frères et soeurs mais c’était pour moi difficile à digérer.
La deuxième raison était notre situation économique qui était un peu précaire.
Parfois j’allais en cours sans espoir de trouver quelque chose à manger, à mon retour. Parfois, je me demandais si j’allais pouvoir tenir longtemps.
J’avais envie de retourner chez moi, à Ouanaminthe.
Mais, je dois admettre actuellement que c’était une grande étape de ma vie car elle me
permettait de grandir et de me construire.

Jeunes, haitiens, Président, association, AJEV, leader

Il me semble que tu y as créé une association pour les jeunes.
Laquelle et quels étaient les objectifs et but de celle-ci ?

Un à deux ans après mon arrivée à Port-au-Prince, je deviens président d’une association de jeunes, l’AJEV (Association des Jeunes de l’eglise Vainqueur par la Foi).
Mais, pour être tout à fait honnête, je n’ai pas créé l’association car elle existait bien avant moi.
A l’instar des associations de ce genre, elle réalise des activités diverses pour les jeunes.
Et c’est au sein de celle-ci, que j’allais découvrir ma capacité de leader et de communicateur. C’était une très belle
expérience. Je m’en réjouis jusqu’à présent.

Tu as fait la majeure partie de tes études en communication, pourquoi ce choix ? Qu’est-ce-qui te passionne dans ce domaine ?

Depuis mon jeune âge j’avais une passion pour le micro. Avant, je pensais que j’allais devenir chanteur. Mais c’est avec le temps que j’ai découvert que j’étais fait pour être animateur. J’étais encore au niveau classique lorsque j’animais des activités publiques.
A part quelques critiques, généralement je recevais beaucoup de félicitations.
Voila ce qui m’a poussé après mes études classiques, d’opter pour la Communication.

Je suis épatée et admirative du fait que tu aies pu poursuivre tes études au sein même de ton île. Ce qui est parfois difficile et pas forcément possible pour les étudiants. Comment as-tu fait pour réussir cela ?
Parle-nous stp de ton parcours à la faculté de droit de Port-Au-Prince.

Merci infiniment Laurie, je ne suis pas le seul à faire mes études en Haiti. Il y’a des milliers de jeunes haïtiens et haïtiennes comme moi, qui le font.
Il y’a une qualité que nous partageons en commun, nous les jeunes haïtiens et haïtiennes, nous avons une soif pour le savoir.
Si la mauvaise gouvernance, le manque d’infrastructures empêchent à une grande partie de nos frères et soeurs, de faire leurs études au pays, il y’a une grande quantité qui étudie en Haiti.
Généralement, ce sont eux qui vont briller au niveau du troisième cycle dans les grandes universités du monde entier.
En ce qui me concerne, mon passage à la Faculté de Droit qui est une entité de l’Université d’État d’Haiti a été très bien.
Cependant, je ne peux pas targuer de dire que tout a été parfait, l’Etat haïtien doit se pencher sur les problèmes que rencontre l’Université.

formation, journalisme, enfance, jeunesse

Tu es aujourd’hui juriste et journaliste de formation (maître de cérémonie). Dans quel domaine exerces-tu ?
Était-ce un rêve de d’enfance/jeunesse que tu as réalisé ?

Rires…. Actuellement je cherche du boulot….
Mais avec la technologie, je pense mettre sur pied mon propre show.
Vous parlez de rêve d’enfance. Pour le Droit, je ne sais pas si c’est un rêve d’enfance.
Mais, pour la Communication, d’une certaine façon, je peux répondre par l’affirmation.

Pour moi tu es un exemple de réussite et tu prouves que tous les préjugés sur Haïti ou les îles en général ne sont pas forcément fondés.
Que pourrais-tu passer comme message pour les jeunes et/ou étudiants des iles ultramarines ?

Merci Laurie, mais pour l’instant je ne crois pas que je suis déjà à ce niveau. C’est en cours… Je dois vous dire que vous faites partie des gens qui m’inspirent au jour le jour. Généralement, les îles et Haïti en particulier, subissent les résultats d’une mauvaise presse internationale. On veut faire croire qu’il n’y’a rien de qualité là-bas.
Pourtant les îles sont merveilleuses en richesse.
Par exemple, il y’a tellement de belles choses à dire sur Haïti.
Son histoire est passionnante, sa culture est très riche, son paysage est extraordinaire. Si on visite ce pays une fois, on voudra revenir de temps en temps.
Cependant, je trouve dommage que tout cela n’intéresse pas les médias.
Le message que j’ai pour les jeunes étudiants des îles est le suivant :
Continuez de croire en vous,dans votre pays, et surtout engagez- vous !

Après tes études tu as créé une nouvelle association AJDESC ? Peux-tu nous en toucher deux mots ? Comment y adhérer ?

C’est en 2016, en accord avec certains jeunes de mon quartier, que nous avons créé une association au nom de AJDESC (Association des Jeunes pour le développement collectif).
Cette association se donne pour objectif de donner une autre image du quartier en réalisant des diverses activités, comme des assainissements, des conférences de débat, des séminaires, etc…

 jeune, engagé, haïtien, leadership
Roosevelt Noel, un jeune haïtien engagé

Tu voulais me parler d’un engagement important pour toi.
« La parole » est à toi, je t’en prie !

Oui, comme vous me le permettez, je voudrais vous parler d’un engagement qui me tient vraiment à cœur actuellement.
Tout a commencé en 2018, pendant un très long séjour dans ma ville natale, Ouanaminthe.
Après maintes observations, je constate que les jeunes sont très penchés vers des activités de débauche. Cela est dû à un manquement d’activités de l’esprit. Alors je décide de mettre sur pied un Club de jeunes leaders qui répond au nom de CJLO ( Club des Jeunes Leaders de Ouanaminthe).
Selon moi, l’une des façons d’apporter ma contribution consiste à investir dans ces jeunes.
D’où, ce Club qui se donne pour mission d’orienter les jeunes esprits dans le domaine du leadership en vue de devenir des leaders responsables.
Il est vrai que le Club fait face à certaines difficultés économiques mais notre détermination est plus forte. Le Club fonctionne chaque dimanche de 3h à 5 h…
Je suis actuellement à Port-au-Prince mais chaque fin de mois j’y vais pour des planifications, et des formations pour les membres du Club.
Pour être membre du Club, nous devons avoir le consentement d’une personne responsable du postulant.
Celui-ci doit être âgé de moins de 20 ans, s’engager et se plier aux règles instaurées.
Il doit habiter Ouanaminthe et payer les cotisations variant selon ses revenus.
Notre travail met l’accent d’abord sur le développement personnel des jeunes, le civisme, l’esprit créatif… Tout un package !
Comme disait Benjamin Franklin, si un homme vide sa bourse dans sa tête, personne ne peut la lui prendre. Un investissement dans le savoir paie toujours les meilleurs intérêts. Voila pourquoi, je décide d’investir mon temps, ma connaissance, mon temps, dans le savoir des jeunes.
Laurie, je m’en voudrais de ne pas vous remercier pour cette grande opportunité que vous m’avez offerte pour parler de ma personne et aussi de mon pays Haïti que je chéri de tout mon cœur.

C’est avec un réel plaisir que j’ai réalisé cette interview, et je te remercie à mon tour d’avoir accepté ma proposition. J’avais à cœur de valoriser Haïti, une île trop souvent dénigrée par les Médias. Une fois la page de ton club créée, n’hésites pas à m’en faire part pour que je l’ajoute à cette interview.
Je te souhaite plein de réussite dans ce Club et l’accompagnement de ces jeunes.

One Comment on “Roosevelt Noel, juriste et journaliste, une fierté pour Haïti

  1. Ce très bien mon cher président, je ne regrette pas même une seconde notre passage au niveau d’AJEV il y a plein de chose nous pouvons faire ensemble.Félicitation mon pote.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :